Solution énergétique

Solution énergétique

1

Les membres de l’équipe de Idées Suspendues ont reçu cet e-mail de la part de M. J. Lefebvre et l’ont publié à son nom. Le lien avec le sujet du site (COVID-19) n’est pas évident et aussi du point de vue strictement scientifique nous avons des réserves. Mais l’idée de M. Lefebvre n’est pas illégale ni offensive. Pourtant, la voilà.

Je me nomme Jacques Lefebvre, je suis retraité de l’informatique. J’ai toujours été intéressé par l’énergie.
J’ai mis 10 ans pour finaliser une thèse permettant à un train d’engrenages d’auto-équilibrer la charge dont il assume le mouvement.
Cette possibilité permet ainsi à l’énergie apportée au système mécanique de déséquilibrer un potentiel d’énergie supérieur à l’énergie apportée. À l’instar de la poulie avec contrepoids, avec ajustement automatique de la charge et sans limite de distance donc sans limite dans le temps car le système est rotatif.
Cela permet un rapport de facilité, comme pour les ascenseurs à bateaux, avec l’avantage d’être indépendant de la gravité. Et le train d’engrenages est adaptable à toutes les applications mécaniques actuelles. Automobile, levage, engins de chantier, production d’électricité …
En résumé, nous pouvons nous passer d’énergie fossile et ne plus polluer. Je pense que cette idée mise en pratique relancerait une économie à bout de souffle.
Je n’ai aucune possibilité de mise en pratique, cependant devant l’importance de l’objectif, je n’ai pas le droit d’en rester à ce stade. C’est la raison pour laquelle je mets en pièce jointe à votre disposition, cette idée dans un document (TEEC) de 10 pages, expliquant dans les détailles cette théorie.

Lien au PDF: TEEC

Comments: 1

  1. Jacques Lefebvre dit :

    Pourquoi j’ai proposé mon idée acceptée par « Idées Suspendues » que je remercie.

    La relation indirecte avec le Covid-19 est l’économie et la santé.
    Le Covid-19 a affaibli l’économie de tous les pays. Cette idée, si elle s’avérait correcte en pratique, elle remettrait l’économie sur pied et éliminerait beaucoup de pollution. Ce qui serait favorable pour la santé des terriens.

    Reste l’aspect, que pour avoir de l’énergie il faut mettre de l’énergie. Quoi que le terme mettre nous induit en erreur. Toute manifestation d’énergie, n’est ni apportée, n’y mise, n’y enlevée.
    L’énergie que nous percevons est l’expression ou la manifestation d’une recherche d’équilibre ou de rééquilibrage, que cette recherche soit, chimique, mécanique, radiante, atomique …
    La deuxième page du document « TEEC » fournie des précisions à ce sujet.

    Ce principe est effectif dans mon Train d’Engrenages Equilibreur de Charge qui ne peut se mettre en rotation tout seul. Il faut (lui apporter de l’énergie) le déséquilibrer, si non cela ne tourne pas, comme la poulie avec contrepoids, ou les ascenseurs à bateaux.
    Les différences avec ces exemples avérés, sont:
    _ Pas de limite linéaires, car rotatif. Les déplacements des poids de la poulie sont linéaires ou les déplacements des bateaux dans les ascenseurs sont aussi linéaires.
    _ Ajustement automatique de la charge par auto-équilibrage de la réaction, car la réaction s’oppose à elle même. Similaire à la gravité terrestre dans les exemples cités.
    _ Indépendance avec la gravité terrestre, car j’utilise un potentiel d’énergie équilibrée ou auto-équilibré (fluide comprimé ou accus), qui (est l’énergie qu’il faut mettre) me permet de déséquilibrer le train d’engrenages.

    Actuellement, la poulie avec contrepoids ou les ascenseurs à bateaux ne peuvent pas s’autoalimenter, pour la simple raison que leur conception ne le permet pas. Il suffit d’une simple modification dans la conception du fonctionnement pour que cela soit possible.

    _ Pour la poulie avec contrepoids :
    Par exemple, si je veux soulever un poids de 50 Kg avec un poids de déséquilibre nécessaire au mouvement de 20 Kg, il suffit que le contrepoids soit égal à 70 Kg. C’est mathématique et le poids de 50 Kg se soulèvera sans apporter de l’énergie.
    Bien entendu, le déplacement des poids étant linéaire, nous sommes limités par la distance et il faut replacer un contrepoids de 70 Kg en hauteur pour pouvoir recommencer, le processus de levage d’un poids de 50 Kg. Cette manœuvre est donc (l’énergie qu’il faut apporter).
    Cependant, supposons que le système soit rotatif plus tôt que linéaire, sans limitation de distance, nous obtenons alors un système similaire au (TEEC).

    _ Pour les ascenseurs à bateaux, même raisonnement, par exemple la roue de Falkirk :
    Mettre quatre bacs par palier et remplir avec l’eau du niveau haut, l’un des bacs horizontaux droite ou gauche en fonction du sens de rotation souhaité, jusqu’à ce que le système soit déséquilibré.
    Bien entendu, quand le bac (x) à l’origine du déséquilibre est vertical il n’y a plus de déséquilibre. Cependant, si pendant le mouvement de rotation, le bac (x) devenant vertical se vide et le bac devenant horizontal se remplit, nous obtenons un mouvement similaire au moulin à eau. Et cela sans apport d’énergie autre que celui du cycle de l’eau de la terre.
    En ce cas la différence du niveau de l’eau est un potentiel d’énergie en déséquilibre dont nous profitons pour le fonctionnement des ascenseurs à bateaux.
    Les sites expliquant le fonctionnement de la roue de Falkirk nous prouvent que nous pouvons profiter des effets de tentative de rééquilibrage de l’énergie, avec un rapport de facilité, entre l’énergie (x) déséquilibrée apportée pour le mouvement d’un système et l’énergie (y) déséquilibrée en sortie du système dont on tire profit.
    Les termes (apporté et en sortie) sont impropres, car l’énergie ne peut être manipulée, nous ne faisons que profiter des effets des tentatives d’équilibrage de l’énergie. Ces effets appartiennent dans le cas de la roue de Falkirk à deux cycles naturels : le cycle de l’eau dont l’une des particularités est la différence de niveau et le cycle de l’existence de la terre dont l’une des particularités est la gravité. Ces deux cycles s’influencent mutuellement dans le système des ascenseurs à bateaux.

    Pour le TEEC : je pense que le document est suffisamment détaillé.
    Le TEEC est similaire aux ascenseurs à bateaux, car plusieurs cycles s’y influencent mutuellement.
    Le raisonnement théorique détaillé dans le document « TEEC » respecte les lois de la physique. Le système est simplement novateur et nécessite pour l’appréhender que l’on comprenne les phénomènes énergétiques d’une façon plus pragmatique.
    C’est la raison pour laquelle j’ai apporté ces précisions.

Add your comment